Marque neoBiotika
40.00CA
Fructibore

Le Bore - Un Minéral Peu Connu qui mérite d'être mieux connu.

(Cornelius G. Bulik M. Sc.)

Les minéraux constituent des éléments de base sur lesquels la vie est bâtie. La recherche scientifique apporte régulièrement des preuves de leur importance vitale pour toute forme de vie1. Dernièrement des preuves ont été apportées, qui démontrent que le bore est un élément essentiel pour la santé humaine2, ainsi que pour la santé des animaux et des plantes3,4,5. La quantité idéale de bore que la nutrition doit apporter par jour n'est pas connue6; toutefois, les estimations en cours tournent autour de 2 à 3 milligramme de bore élémentaire; ceci représentait le minimum nécessaire pour un adulte7,8. Les recherches démontrent que la population des pays occidentaux souffre d'une carence chronique en bore, puisque l'alimentation n'apporte qu'environ 1mg de bore par jour, et même moins que ça ,10. Le principal facteur responsible de cette situation semble être l'utilisation d'engrais chimiques – les phosphates et la potasse inhibent la prise de bore par les racines des plantes. Il est connu que le bore est nécessaire pour la stabilisation et l'intégrité des membranes cellulaires et pour l'évacuation d'éléments toxiques. Par exemple, le bore déloge le fluor et l'aluminium, et à un moindre degré le cadmium, le plomb et le mercure, et il aide la fixation active de magnésium et de calcium12 – sans le bore, le magnésium et le calcium ne peuvent pas se fixer dans l'organisme humain13,14. Le bore est distribué dans tout l'organisme humain, avec la plus grande concentration dans les glandes parathyroïdes, suivies par les os et l'émail dentaire. Il est essentiel à la santé des os et des articulations, et il régularise l'absorption et le métabolisme du calcium, magnésium et phosphore grâce à son effet sur les parathyroïdes. Cet effet est exercé en synergie avec le 17-oestradiol15. Il semble que le bore est pour les parathyroïdes et que l'iode est pour la thyroïde. Une carence en bore produit une sur-activation des parathyroïdes, ce qui relâche trop d'hormone parathyroidienne, et augmente la sortie du calcium des os et des dents. La conséquence est l’arthrite, l’ostéoporose et la carie dentaire. Des niveaux élevés de calcium dans la circulation sanguine conduisent à la calcification de certains tissus, notamment de la glande pinéale et des ovaires, des parois des artères avec apparition d’athérome, la calcification des reins et formation de calculs rénaux et insuffisance rénale, raideurs musculaires et articulaires, etc. La carence en bore combinée à la carence en magnésium est particulièrement dommageable aux os et aux dents. Ainsi, il est compréhensible que le bore soit un élément clé pour la prévention et le remède de l’ostéoporose, et notre déficience en bore explique pourquoi cette affection est si commune dans le monde occidental.

Le bore exerce aussi une activité anti-inflammatoire16, 17, 18 et anti-cancers19; il participe non seulement à la santé osseuse mais à celle des articulations aussi20, et on a trouvé qu’il est efficace pour lutter contre les cancers du sein21, de la prostate22, de l’utérus et des poumons23. Le bore est nécessaire aussi pour la production d’insuline par le pancréas et sa sécrétion dans le sang24. Ceci est particulièrement intéressant pour ceux qui souffrent de diabète de type 2 et 3, pour un meilleur contrôle de l’obésité et des processus inflammatoires en réduisant le taux d’insuline circulante et de protéine C-réactive25.

Le bore agit aussi sur une multitude d’enzymes, dont celles impliquées dans la production d’hormones26 􀴵 les hormones thyroïdiennes27, et tout particulièrement d’hormones stéroïdiennes et de vitamine D active28.

Ainsi, la production d’hormones sexuelles est augmentée lorsqu’on apporte un supplément en bore; chez l’homme la production de testostérone libre peut augmenter de 30 à 50% par rapport au niveau de base, et chez la femme la progestérone et l’oestrogène augmentent aussi29. Ces hormones peuvent ainsi être augmentées chez la femme ménopausée sans thérapie hormonale exogène. Un supplément en bore a conduit à une augmentation double en 17-oestradiol et en testostérone, et une augmentation de la rétention du calcium, ce qui a une grande importance chez la femme ménopausée. L’augmentation de la testostérone participe au maintien de la masse et de la force musculaire, et l’oestrogène évite non seulement bouffées de chaleur et sueurs nocturnes, mais aussi les complications cardio-vasculaires30 et l’ostéoporose31, 32. Le bore aide les vaisseaux sanguins à rester sains et évite de la sorte l’apparition de maladies coronaires33, et ceci dans les deux sexes. Puisque le bore augmente le taux d’hormones sexuelles, certains questionnent les conséquences sur les cancers du sein, de la prostate et de l’utérus. Ce questionnement découle de l’ignorance du fait que les cancers démarrent avec une destruction de l’intégrité des membranes cellulaires. Or, le bore est un élément clé de l’intégrité des membranes comme remède au processus de cancérisation. Ceci explique partiellement l’efficacité du bore dans le contrôle des cancers des poumons, de la prostate, des seins et de l’utérus.

Le bore combat les maladies articulaires34 – arthrite rhumatoïde et osteoarthrite, et en combinaison avec une alimentation saine, permet la régénérescence des cartilages érodés35. Plus que 70% de la population est affectée dans les contrées où il y a carence en bore, alors que là où le bore est abondant, moins de 10% de la population souffre de maladies articulaires36, 37.

Il a été démontré que le bore entraine un équilibre métabolique et santé en situation de carence en vitamine D; le taux plasmatique en magnésium, calcium et phosphore gagnent des niveaux physiologiques normaux. Ceci serait en relation avec une forme plus active de vitamine D en présence de bore38, 39, 40.

Le bore est nécessaire au système nerveux central – il permet d’augmenter la coordination neuromusculaire, l’équilibre, la précision, la concentration, et la mémoire à court et long terme41, 42,43. Ainsi, il a été prouvé que la carence en bore perturbe la santé ostéo-articulaire, cardiovasculaire, la santé du cerveau et du système immunitaire44, 45, 46. Ceci s’explique par le fait que le bore règle l’activité d’un nombre important d’enzymes métaboliques avec impact sur le métabolisme hormonal, ainsi que le métabolisme de nombreux micronutriments. Le bore améliore le profile lipidique, et protège l’ADN contre les dommages produits par les radicaux libres et les toxines, comme celles produites par les moisissures, inclusivement l’aflatoxine B147, une génotoxine qu’on retrouve dans des denrées alimentaires comme les arachides et le beurre d’arachides, les raisins secs, les figues, le maïs, les céréales, etc. Cette protection s’exerce même au niveau des lymphocytes48. L’aflatoxine B1 est le carcinogène principal dans les cancers des poumons et du foie. Le bore augmente la disponibilité du glutathion dans les tissus49, participant ainsi à la détoxication des tissus et des organes, principalement en éliminant les radicaux libres50.

Le bore augmente aussi la production de la superoxyde dismutase (SOD);la SOD est l'une des principales enzymes qui participe à l'élimination des radicaux libres.

Le bore renforce l'acuité visuelle, renforce ongles et cheveux et augmente l'élasticité et le taux d'hydratation de la peau. Les effets du bore sur le rajeunissement de la peau sont: diminution des rides, augmentation de l'épaisseur de la peau, augmentation du taux d'hydratation, l'élasticité, la souplesse et la douceur, ainsi que l'amélioration de la complexité, avec dimunition du nombre et de la surface des taches de vieillesse. Parmi une augmentation d'incorporation de proline par la peau51.

Donc, le bore exerce des effets multiples sur la santé humaine; la question qui vient à l'esprit est << quelle forme de bore serait la meilleure? >>. La réponse est – celle qu'on trouve dans les aliments. Il s'agit d'une forme de bore où l'atome de bore est complexe avec des sucres comme le fructose, le mannose, le glycérol, le xylitol, avec des acides amines comme la sérine et la thrénine, ou avec des plolyamines. Toutefois, la forme majeure trouvée dans les fruits et légumes est le fructoborate. En conséquence, on peut affirmer que le fructoborate est l'une des meilleures formes de bore, sinon la meilleure, pour nos cellules.

Est ce que le bore est toxique? Tout peut être toxique, c'est une question de quantité (dose); néanmoins, le bore est moins génotoxique que le sel de cuisine. Utilisez-vous du sel de cuisine? Eh bien, le sel de cuisine exerce un effet génotoxique et tératogène52, alors que les sels de bore ne représentent pas ces effets53.

Certaines personnes ont ingéré des très grandes doses de sels de bore, de l'ordre de centaine de grammes, sans effets toxiques sérieux, alors que d'autres ont eu la vie enlevée par des plus petites doses. Le taux de bore dans l'organisme est géré notamment par les reins; en conséquence, ceux souffrant d'insuffisance rénale, ainsi que les enfants, sont plus affectés par un excès de bore. La quantité de bore ingérée considérée comme sécuritaire a été fixée arbitrairement à 18 milligrammes de bore élémentaire pour les adultes en bonne santé et à 9 milligrammes pour les enfants. Ces chiffres sont très en dessous du nivau toxique considéré comme entre 20 et 40 grammes.

Nous offrons FRUCTIBORE, un sirop très particulier, préparé avec des framboises et bleuets produits biologiquement, et enrichi en fructoborate. Une cuillerée à thé de FRUCTIOBORE apporte en moyenne 6 microgrammes de bore élémentaire sous forme de fructoborate, et est associé aux effets positifs que les framboises et les bleuets exercent sur notre santé.

Nous pouvons conclure en soulignant l'importance de ce minéral, le bore, pour la santé humaine, pour la joie que procure la santé, ainsi que pour prévenir et même guérir d'importants problèmes de santé. Et en conformité avec l'adage << prévenir c'est mieux que guérir >>, nous vous invitons à découvrir FRUCTIBORE, pour une meilleure qualité de vie à tout âge.


[1] Naghii MR., Samman S. Prog Food Nutr Sci 1993 Oct;17(4):331-349 The role of boron in nutrition and metabolism. Prog Food Nutr Sci 1993 Oct;17(4):331-349.

[2] Penland, J.G., The importance of boron nutrition for brain and psychological function, Biol. Tr. Elem. Res.,1998; 66: 299–317.

[3] Moseman RF. Chemical disposition of boron in animals and humans. Environ Health Perspect . 1994, 102:113-117).

[4] Nielsen FH. Boron in human and animal nutrition. Plant soil. 1997, 193:199-208.

[5] Hu H, Penn SG, Lebrilla CB, Brown PH. Isolation and characterization of soluble boron complexes in higher plants. The mechanism of phloem mobility of boron. Plant Physiol 1997, 113:649–655.

[6] Sutherland, B., Strong, P., and King, J.C., Determining human dietary requirements for boron, Biol. Tr.Elem. Res., 1998; 66: 193–204.

[7] Nielsen FH. Environ Health Biochemical and physiologic consequences of boron deprivation in humans. Perspect 1994 Nov;102 Suppl 7:59-63.

[8] Korkmaz M, Sayl U, Sayl BS, Bakirdere S, Titretir S, Yavuz Ataman O, Keskin S. Estimation of human daily boron exposure in a boron-rich area. Brit J Nutr 2007, 98:571–575.

 [9] Rainey CJ, Nyquist LA, Christensen RE et al. Daily intake of boron from the American diet. J Amer Dietetic Assoc , 99:335-341.

[10] Rainey CJ, Nyquist LA, Christensen RE, Strong PL, Culver BD, Coughlin JR. Daily boron intake from the American diet. J Am Diet Assoc. 1999 Mar;99(3):335-40.

[11] J. Elsair, R. Merad, R. Denine, M. Reggabi, S. Benali, M. Zaaouz, K. Khelfat and M. Tabet Aoul, Boron as an Antidote in Acute Fluoride Intoxication in Rabbits: Its Action on the Fluoride and Calcium-Phosphorous Metabolism. Fluoride 1980, V 13, Nr.1.

[12] Nielsen FH Studies on the relationship between boron and magnesium which possibly affects the formation and maintenance of bones. Magnes Trace Elem, 1990 9:2, 61-9

[13] Volpe SL, Taper LJ, Meacham S. The relationship between boron and magnesium status and bone mineral density in the human: a review. Magnes Res. 1993 Sep;6(3):291-6.

[14] Hunt CD; Herbel JL; Nielsen FH. Metabolic responses of postmenopausal women to supplemental dietary boron and aluminum during usual and low magnesium intake: boron, calcium, and magnesium absorption and retention and blood mineral concentrations. Am J Clin Nutr, 1997 Mar, 65:3, 803-13.

[15] Sheng MH, Taper LJ, Veit H, Thomas EA, Ritchey SJ, Lau KH. Dietary boron supplementation enhances the effects of estrogen on bone mineral balance in ovariectomized rats. Biol Trace Elem Res. 2001 Jul;81(1):29-45.

[16] Scorei RI, Rotaru P. Calcium fructoborate—potential anti-inflammatory agent. Biol Trace Elem Res 2011 Dec;143(3):1223-38. Epub 2011 Jan 28.

[17] R. Scorei, R. Ciubar, C. Iancu, V. Mitran, A. Cimpean, D. Iordachescu. In Vitro Effects of Calcium Fructoborate on fMLP-stimulated Human Neutrophil Granulocytes. Biol Trace Elem Res 2007, V 118, Number 1, 27-37.

[18] R I. Scorei, C. Ciofrangeanu, R. Ion, A. Cimpean, B. Galateanu, V. Mitran, D. Iordachescu. In Vitro Effects of Calcium Fructoborate upon Production of Inflammatory Mediators by LPS-stimulated RAW 264.7 Macrophages. Biol Trace Elem Res 2010, V 135, Nr 1-3, 334-344.

[19] Scorei RI, Popa R Jr. Boron-containing compounds as preventive and chemotherapeutic agents for cancer. Anticancer Agents Med Chem. 2010 May; 10(4):346-51.

[20] Newnham RE. Essentiality of boron for healthy bones and joints. Environ Health Prospect. 1994, 102(7):83–85.

[21] Touillaud M, Pillow P, Jakovljevic J, et al. Effect of dietary intake of phytoestrogens on estrogen receptor status in premenopausal women with breast cancer. Nutr Cancer. 2005; 51:162–169.

[22] Cui Y, Winton M, Zhang ZF, et al. Dietary boron intake and prostate cancer risk. Oncol Rep. 2004; 11:887–892.

[23] Scorei RI. Calcium fructoborate: plant-based dietary boron as potential medicine for cancer therapy. Front Biosci 2011, S3(1):205-226).

[24] Bakken NA, Hunt CD. Dietary boron decreases peak pancreatic in situ insulin release in chicks and plasma insulin concentrations in rats regardless of vitamin D or magnesium status. J Nutr. 2003 Nov;133(11):3577-83.

[25] Tiejian Wu, Joan P. Dorn, Richard P. Donahue, Christopher T. Sempos, and Maurizio Trevisan. Associations of Serum C-reactive Protein with Fasting Insulin, Glucose, and Glycosylated Hemoglobin. American Journal of Epidemiology, 2002, Vol. 155, Nr 1.

[26] Armstrong TA, Spears JW, Lloyd KE. Inflammatory response, growth, and thyroid hormone concentrations are affected by long-term boron supplementation in gilts. J Anim Sci 2001, 79:1549–1556.

[27] Korolev IuN, Panova LN, Bobkova AS, Korovkina EG. Morphofunctional characteristics of the thyroid and a change in the level of thyroid hormones in the blood from the internal use of boron-containing waters. Vopr Kurortol Fizioter Lech Fiz Kult 1989 May-Jun;(3):28-31.

[28] Hunt CD, Herbel JL, Idso JP. Dietary boron modifies the effects of vitamin D3 nutrition on indices of energy substrate utilization and mineral metabolism in the chick. J Bone Miner Res. 1994 Feb;9(2):171-82.

[29] Nielsen Forrest H. Biochemical and Physiologic Consequences of Boron Deprivation in Humans. Environ Health Perspect 1994, 102 (Suppl 7):59-63.

[30] Naghii MR; Samman S The effect of boron supplementation on its urinary excretion and selected cardiovascular risk factors in healthy male subjects. Biol Trace Elem Res, 1997 Mar, 56:3, 273-86.

[31] McCoy H, Kenney MA, Montgomery C, Irwin A, Williams L, Orrell R. Relation of boron to the composition and mechanical properties of bone. Environ Health Perspect 1994 Nov;102 Suppl 7:49-53.

[32] Helliwell TR; Kelly SA; Walsh HP; Klenerman L; Haines J; Clark R; Roberts NB. Elemental analysis of femoral bone from patients with fractured neck of femur or osteoarthrosis. Bone, 1996 Feb, 18:2, 151-7.

[33] Naghii, M.R. and Samman, S., The effect of boron supplementation on its urinary excretion and selected cardiovascular risk factors in healthy male subjects. Biol. Tr. Elem. Res., 1997a; 56: 273–286

[34] R. Scorei, P. Mitrut, I. Petrisor, I. Scorei. A Double-Blind, Placebo-Controlled Pilot Study to Evaluate the Effect of Calcium Fructoborate on Systemic Inflammation and Dyslipidemia Markers for Middle-Aged People with Primary Osteoarthritis. Biol Trace El. Res. 2011, V. 144, Nr. 1-3, 253-263.

[35] Meacham SL; Taper LJ; Volpe SL Effects of boron supplementation on bone mineral density and dietary, blood, and urinary calcium, phosphorus, magnesium, and boron in female athletes. Environ Health Perspect, 1994 Nov, 102 Suppl 7:, 79-82.

[36] Bentwich Z. & Talmon Y. Prevalence of Rheumatois Arthritis in an Israeli Population. Hebrew University 1980.

[37] R E Newnham. Essentiality of boron for healthy bones and joints. Environ Health Perspect. 1994 November; 102(Suppl 7): 83–85.

[38] J N Dupre, M J Keenan, M Hegsted, and A M Brudevold. Effects of dietary boron in rats fed a vitamin D-deficient diet. Environ Health Perspect. 1994 November; 102(Suppl 7): 55–58.

[39] Hegsted M, Keenan MJ, Siver F, Wozniak P. Effect of boron on vitamin D deficient rats. Biol Trace Elem Res. 1991 Mar;28(3):243-55.

[40] Keenan MJ, Hegsted M, Siver F, Mohan R, Wozniak P. Recovery of rats from vitamin D-deficient mothers. Ann Nutr Metab. 1991;35(6):315-27.

[41] Penland JG. Dietary boron, brain function, and cognitive performance. Environ Health Perspect, 1994 Nov, 102 Suppl 7:, 65-72.

[42] Penland JG. The importance of boron nutrition for brain and psychological function. Biol Trace Elem Res. 1998 Winter;66(1-3):299-317.

[43] Devirian TA, Volpe SL. The physiological effects of dietary boron. Crit Rev Food Sci Nutr. 2003;43(2):219-31.

[44] Hunt CD. Dietary boron: An overview of the evidence for its role in immune function. J. Trace Elem. Exper. Med. 2003, 16:291–306.

[45] Nielsen FH. Is boron nutritionally relevant? Nutr Rev. 2008 Apr;66(4):183-91.

[46] Spears J, Armstrong T. Dietary boron: Evidence for a role in immune function. Advances in Plant and Animal Boron Nutrition 2007, Part II, 269-276.

[47] Hasan Turkez and Fatime Geyikoglu. Boric acid: a potential chemoprotective agent against aflatoxin b1 toxicity in human blood. Cytotechnology. 2010 April; 62(2): 157–165.

[48] Turkez H, Geyiko􀃷lu F, Dirican E, Tatar A. In vitro studies on chemoprotective effect of borax against aflatoxin B1-induced genetic damage in human lymphocytes. Cytotechnology. 2012 Dec;64(6):607-12. doi: 10.1007/s10616-012-9454-1. Epub 2012 Apr 18.

[49] Groff, J.L. and Gropper, S.S., Advanced Nutrition and Human Metabolism, 3rd ed., Belmont, CA: Wadsworth/Thomson Learning, 2000.

[50] Hunt, C.D., One possible role of dietary boron in higher animals and humans, Biol. Tr. Elem. Res., 1998; 66: 205–225.